Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Lagune de Tam Giang : vie de pêcheur

Lagune Tam Giang

Lagune Tam Giang

La lagune de Tam Giang est une étendue d’eau longue de 17km et c’est à 15km par rapport au centre ville de Hue. La distance n’est pas énorme et pourtant très peu de gens connaissent cet endroit. J’ai découvert la lagune de Tam Giang lors d’une émission télévisée et j’ai tout de suite succombé au charme du lieu. En plus du patrimoine historique, l’ancienne cité impériale possède aussi un cadre naturel magnifique grâce à la Rivière des Parfums si poétique. La lagune de Tam Giang est une suite de cette rivière vers l’estuaire et son paysage me rappelle du lac Inle en Birmanie. Tout ça justifie ma venue à Hue lors d’un voyage de repérage le mois dernier.

Repérage au coeur d’une nature immaculée

A moto, j’ai traversé des rizières verdoyantes et les villages d’artisanat avant de joindre la lagune de Tam Giang. En fin de matinée, devant moi est la plus grande lagune de l’Asie du Sud-est. Sa beauté est à couper le souffle mais elle est rarement incluse dans les circuits touristiques. La raison principale est le manque d’information et de volonté. En 2010, les autorités locales ont déjà injecté 25,000 USD pour un projet de tourisme communautaire dans le coin mais c’est tombé à l’eau. On n’avait pas de vision claire sur l’exploitation du site et il n’y a eu aucune formation pour que les villageois soient convaincus de l’intérêt économique. Chaque année, la lagune de Tam Giang reçoit à peine 200 visiteurs et il n’y a pas eu d’augmentation depuis 7 ans. Le résultat reste à désirer.

Lagune Tam Giang

L’économie de la lagune de Tam Giang se repose sur la pêche des fruits de mer. Naturellement ce sont des spécialités locales. De loin, on aperçoit facilement des restaurants dont la structure est composée essentiellement de bambou sur pilotis. C’est une architecture assez répandue en Asie du Sud-est dès lors que la zone subit le régime des eaux.

Lagune Tam Giang

C’est ici que j’ai rencontré les guides francophones du Centre du Vietnam et on a eu un super repas fruits de mer ensemble. Le but de cette rencontre est de voir la possibilité de mettre en place des excursions afin de retenir les touristes plus longtemps à Hue. En effet, la plupart des voyageurs ne restent que deux jours à Hue puis il filent à Hoi An. Ils pensent qu’il n’y a rien d’autre à faire à part le patrimoine historique. Et pourtant Hue possède un bon nombre d’intérêts touristiques : village the Thuy Bieu, villages d’artisanat, et la lagune de Tam Giang.  Donc mon voyage de repérage à la lagune de Tam Giang est pour but créer une excursion de 8 heures à partir de Hue lors d’une balade à vélo, ou faire une halte quand on se dirige vers Hoi An.

Une histoire récente

Lagune Tam Giang

Jadis la lagune de Tam Giang était au fond de la mer. Il y a 200 ans, l’eau s’est retirée et une bande de terre s’est formée pour bloquer une étendue d’eau. Sous la dynastie Nguyen au XIXème siècle, les gens étaient encouragés à apprivoiser la nature, mettre en place des villages fortifiés et un système de digue pour se protéger contre le cycle de typhons. Située à 15km de la Citadelle Royale, la lagune de Tam Giang est alors une ligne défensive contre l’humeur de Neptune. Pour s’installer durablement, les habitants pratiquent de la pêche et de la pisciculture. Aujourd’hui, c’est une communauté de 400,000 pêcheurs.

Lagune Tam Giang

La meilleure façon de découvrir la lagune de Tam Giang est en barque traditionnelle. Le point fort de cette balade se réside dans la rencontre authentique avec les pêcheurs. Ils seront ravis de vous apprendre les techniques de pêche au filet ou à l’épervier.

Lagune Tam Giang

Il faut venir à Tam Giang pour se rendre compte de la force de travail des gens. Lors d’une balade en bateau, on croise des femmes trempées dans l’eau toute la journée juste pour ramasser une dizaine de kilos de palourde. Elles ne sont pas rémunérées en fonction du volume de travail mais en fonction du résultat. Vous pouvez imaginer la torture sous le soleil de plomb en été et le froid en hiver.

Pour l’instant, l’excursion à la journée est l’option la plus probable. L’option de dormir chez l’habitant n’est pas encore pensée faute de moyen. Le propriétaire du restaurant sur pilotis m’a dit qu’il envisageait de faire construire une cabane pour accueillir des voyageurs mais il attend de voir se qui se passe l’année prochaine. Un volume de 200 visiteurs par an n’est pas une garantie rentable pour lui.

PARTAGER:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *